mardi 24 juin 2014

LES REINES DES STADES DU MONDIAL DE FOOTBALL.

À l'occasion du mondial de football qui a lieu présentement au Brésil, dérogeons un peu à notre habitude de présenter ici les athlètes féminines les plus sexy du monde du sport.  Permettons-nous de passer du terrain aux estrades.  Durant la Coupe du monde, s'il y a pas mal d'action sur les terrains de soccer, il y en a aussi passablement dans les estrades, là où les fans font tout ce qu'ils peuvent pour encourager et supporter leur équipe nationale.  Les visiteurs en provenance de tous les pays qui se sont qualifiés pour ce grand événement, rivalisent d'extravagance pour se démarquer au niveau de l'enthousiasme, du maquillage, des tatouages, de la tenue vestimentaire, et d'une kyrielle d'accessoires parfois aussi appropriés que loufoques.  Parmi cette faune particulière se glissent tout de même de beaux brins de filles ou des femmes remarquables par leur formidable apparence et la façon de la mettre en valeur.  Ce sont, à leur manière, les reines du stade !

Cette beauté, elle se décline diversement, selon qu'elle émane des modes ou des caractéristiques originales chez ces spectatrices du mondial provenant des cinq continents.  Pour nous amuser, faisons un tour d'horizon de ces belles, venues des quatre coins du monde pour participer à cette grande fiesta brésilienne.




Partons d'abord de l'Océanie, représentée à la Coupe du monde par l'Australie.  Cette équipe a fait piètre figure au tournoi avec trois défaites consécutives.  Et, en général, si on se fie à ce que nous avons vu des australiens et des australiennes (photographie ci-dessus) dans les gradins, ceux-ci n'ont pas mieux parus que leurs joueurs sur les terrains.  Les déguisements et les accoutrements de ces gens du "down under" n'étaient pas du meilleur goût, même si, comme on dit, tous les goûts sont dans la nature et qu'ils ne sont pas discutables, en principe, du moins...  Bon, disons seulement que, du côté des fans australiens, les visages grossièrement peints, et les gros kangourous en plastique, ne m'ont pas laissé une bonne impression.  Cela ne diminue en rien leur mérite, ils ont été de farouches partisans de leur club.  Et quelques belles natives du pays, comme celle qui apparaît sur le cliché placé au début de ce texte, ont certes sauvé l'honneur de leur délégation.




Par ailleurs, il me semble ne pas avoir observé beaucoup de fêtards africains au Mondial.  Il est vrai qu'il y a énormément de pays qui appartiennent au tiers-monde sur ce vaste continent.  Au prix élevé que ça coûte pour assister à la Coupe du Monde au Brésil, il va sans dire que ce ne sont pas tous les Africains qui peuvent se payer ce luxe.  Néanmoins, cette jolie jeune femme du Cameroun (photo ci-dessus) a fièrement porté les couleurs de sa patrie même si son équipe a terminé bonne dernière du Groupe A en encaissant trois défaites contre aucune victoire.  En fait, les moments de réjouissance ont été très rares pour elle, puisque les "lions indomptables" n'ont marqué qu'un but tout en en allouant neuf à leurs adversaires, au cours de la première ronde du tournoi.  Ils se sont même battus entre eux !  Saluons tout de même cette ravissante Camerounaise qui a su démontrer l'art de bien paraître en dépit de modestes moyens...




Comme les australiens et les africains, les asiatiques ne font pas partie de l'élite actuelle du football mondial.  Quoi qu'il en soit, cette partisane de la Corée du Sud a sûrement fait tourner les têtes au Brésil.  Elle a su orner ses avantageux attributs féminins avec un bijou discret et une sobre robe rouge décolletée, soutenue par des bretelles transparentes.  Mais c'est surtout cette flamboyante coiffure en forme de fleurs, artistiquement composée à l'orientale, qui lui donne tout ce charme particulièrement rayonnant.  Une inscription en noir, au-dessus de son sein gauche, et deux traits rouge et bleu sur sa joue droite, signalent son attachement au club qui représente son pays.  Le portrait, aux couleurs bien harmonisées, plait à l'oeil, un peu comme ceux des femmes de Tahiti, dessinées par le célèbre peintre Gauguin.




Au Mondial 2014, si on attendait peu des clubs des continents déjà cités jusqu'ici, il n'en va pas de même pour l'équipe de l'Italie, qui, par ses performances, a déçu grandement ses fanatiques supporteurs.  Quatre fois championne mondiale (2e derrière le Brésil qui a six titres à son palmarès), on croyait que la formation italienne ferait meilleure figure.  C'est ce que pensait sans doute aussi cette exubérante admiratrice italienne (ci-dessus).  Au chapitre de la mode, l'Italie se démarque presque toujours par l'élégance et la "chaleur" de ses top modèles.  Dans ce cas-ci, cette spectatrice fait également écarquiller les yeux par son audace, son originalité et son "sex appeal" !  Elle "flash" et fait sensation en faisant éclater les couleurs rouge, blanc, vert de l'Italie.  Que ce soit par cette couronne de fausses feuilles contrastant avec cette luxuriante chevelure bleu vif; que ce soit par ces boucles d'oreille en forme de fleur; que ce soit par son maquillage et le rouge à lèvres tricolore; que ce soit par son bustier très sexy joliment agrémenté par un ballon de football miniature; cette superbe Italienne resplendit au plus haut point et s'accorde bien à la grande fête du Mondial !




Ah !  Voilà que nous arrivons maintenant en Amérique, terre d'accueil de cette Coupe du Monde 2014 et domicile des clubs de football les mieux cotés.  Il aurait été facile d'illustrer l'Amérique du Nord par de ravissantes représentantes des États-Unis.  Plusieurs spectatrices américaines ont d'ailleurs attiré les regards des photographes.  Mais mon cliché préféré est celui de cette Mexicaine (ci-dessus) et de son gigantesque sombrero !  Il traduit parfaitement la démesure de ce Mondial en même temps que les "trous" ou les carences qu'il y a eu dans son organisation.  Beaucoup de critiques ont souligné l'immensité des dépenses d'un événement que le Brésil n'avait probablement pas les moyens financiers de se permettre.  Un peu à l'image du continent sud-américain.  Il n'empêche que, comme cette séduisante Mexicaine, un grand nombre de ses compatriotes se sont sentis à leur place dans les divers stades où se sont déroulées le compétitions du Mondial.  Pas besoin d'être aussi riches que les Américains pour se payer du bon temps au Brésil.  On fête à la mesure de ses moyens.  D'autant plus que l'équipe du Mexique connaît un excellent tournoi.




Dans ce tour du monde des belles partisanes de football du Mondial, impossible de passer sous silence les Brésiliennes qui assistent en grand nombre à cette grande fête qui a lieu chez elles.  Or, ces véritables "cover girls" ont non seulement l'avantage du nombre, elles ont aussi celui de la qualité.  Dans différents sondages sur la beauté féminine internationale, les connaisseurs les placent fréquemment au sommet du classement des femmes les plus attrayantes du monde.  À regarder la photo ci-dessus, on est porté à être d'accord !  Tout simplement époustouflant !  De quoi avoir le souffle coupé et être bouche bée !  Et, quant à tout avoir, souhaitons donc au Brésil qu'il remporte cette fameuse Coupe du Monde si chaudement disputée !


Voici un diaporama qui complète ce clin d'oeil aux plus belles spectatrices du Mondial !



video

vendredi 28 mars 2014

REINES DES STADES DE FOOTBALL AMÉRICAIN : VOUS POUVEZ MAINTENANT EN COMMANDER UNE !

WHITNEY
Elles animent le happening sportif le plus populaire de la scène sportive américaine.  Chaque dimanche d'automne, des millions de spectateurs célèbrent la grande messe de la religion du football.  Si tous ces amateurs passionnés du sport numéro un aux États-Unis se rendent en masse dans les divers stades des collèges, universités ou ceux de la Ligue Nationale de Football (NFL), c'est bien sûr pour assister en direct aux exploits de leurs joueurs favoris.  Mais, sur le terrain, près des costauds représentants des équipes qui s'affrontent, il y a aussi le spectacle des splendides cheerleaders, ces superbes athlètes féminines qui dansent au rythme du rêve américain.  Si, encore récemment, de nombreux spectateurs fantasmaient en vain sur ces inaccessibles déesses des stades, ce frustrant état de fait risque de changer bientôt, grâce aux nouvelles technologies de l'information.  Des gadgets innovateurs, couplés à des agents de marketing ne reculant devant aucune audace, permettront d'ici peu aux admirateurs de ces ravissantes meneuses de claques de se rapprocher énormément d'elles...jusqu'à pouvoir les toucher !  Mais ça, c'est une autre histoire !  N'anticipons pas !

Le SPORTS BUSINESS JOURNAL annonçait cette semaine que certains clubs de la NFL ont signé une entente avec la compagnie EXPERIENCE qui oeuvre dans le domaine des applications d'appareils de communication mobiles.  Par exemple, les détenteurs de billets de saison d'un club de football, pourraient, moyennant un coût additionnel, avoir accès au terrain avant le match.  Ou, de leur siège dans les estrades, ils auraient aussi la possibilité de recevoir la visite de mascottes ou de pom pom girls.  Selon une source bien informée, les Seahawks de Seattle, les Falcons d'Atlanta et les Buccaneers de Tampa Bay se seraient déjà engagés à offrir cette expérience "enrichie" à leurs fans, dès cette année.  Les dirigeants des Falcons ont d'ailleurs été les premiers à rendre disponibles certains services de ce genre, la saison dernière.  Outre le droit de fouler le terrain avant les parties, ou de commander une mascotte ou une cheerleader à leur siège, ces clients privilégiés pouvaient recevoir un message soulignant leur anniversaire de naissance, ainsi qu'une passe leur permettant un accès direct au stade sans devoir se taper les files d'attente.  Ce projet pilote a été un franc succès puisque, quatre heures après leur mise en vente, ces services avaient tous trouvés preneurs.

KRISTEN
Ces initiatives font partie des moyens pris par les équipes de sports professionnels afin d'améliorer l'expérience vécue par les spectateurs qui assistent à leurs activités.  Des façons d'augmenter aussi leurs revenus en fidélisant ainsi ces clients très payants.  Déjà on leur avait offert l'internet sans fil dans le stade, de même que les statistiques, mises à jour sur le tableau indicateur, des joueurs qu'ils ont choisi dans leur pool.  Immensément riches, grâce, entre autres, aux faramineux revenus qu'ils tirent des retransmissions des matchs à la télévision, sur le web ou les téléphones intelligents, les propriétaires des clubs de la NFL peuvent se permettre d'investir temps et argent afin de trouver d'autres idées pour remplir leurs coffres.

Pour revenir aux cheerleaders, ces nouveaux trophées que ces opulents hommes d'affaires "vendent" maintenant à leurs meilleurs clients, je profite de l'occasion pour vous présenter celles qui ont le plus retenu mon attention la saison passée.  Pour l'effet "WOW", mon vote va à Whitney (photo du haut).  Cette recrue qui, en 2013, s'est jointe au ROAR, le squad des meneuses de claques des Jaguars de Jacksonville, a vraiment tous les attributs "félins" pour vous couper le souffle lorsqu'elle s'exécute sur le terrain de football, dans son très sexy uniforme !  Je ne sais pas si cette pétulante jeune femme était du voyage qui a amené certains membres du ROAR à visiter Londres, l'an dernier (j'ai consacré un article à ce sujet sur mon site TROP SEXY POUR LE SPORT, lien), mais gageons qu'elle et ses compagnes ont sûrement mis à mal le célèbre flegme britannique !  Whitney est étudiante en nutrition.  Si on en juge par sa silhouette étourdissante, elle met certainement en pratique ce qu'elle apprend !  Ouf !  Il faut dire que le nouveau costume, adopté il y a deux ans, par les pom pom girls des Jaguars, a beaucoup contribué à faire monter la température de leurs admirateurs.  Si jamais les responsables du club de Jacksonville adoptent la nouvelle formule autorisant les partisans à "commander" une cheerleader à leur siège, imaginez un peu la fièvre qui s'emparera de ces chanceux !  Ho la la ! 

BRIANNA
Mon second coup de coeur a été pour Kristen (2e photo ci-dessus), qui donne de solides performances depuis quatre ans, lors des matchs locaux des Cardinals de l'Arizona.  Cette mignonne rouquine adore danser.  Elle a commencé alors qu'elle n'était âgé que de trois ans.  La danse a toujours fait partie de sa vie.  Elle s'y est adonné en marge de ses études secondaires, collégiales et universitaires.  Aujourd'hui, à part son travail de cheerleader, Kristen occupe un emploi dans le domaine de la finance.  Elle détient un diplôme en publicité et en relations publiques de la Northern Arizona University.  Une fois sa carrière de meneuse de claques terminée, Kristen veut poursuivre ses études et acquérir une maîtrise en administration des affaires (MBA).  Ses passe-temps favoris sont : la marche, la course à pieds et la bicyclette.  Sur la photographie, on la voit dans une dynamique routine lors de la journée soulignant la bravoure des membres des forces armées américaines.  Très patriotiques, les habitants du pays de l'Oncle Sam accordent une grande importance au Jour des Vétérans.  Le squad des cheerleaders des Cardinals est parmi ceux qui, dans la NFL, aime le plus exploiter différents thèmes à l'occasion de fêtes comme l'Halloween, Noël ou durant le mois de sensibilisation au cancer du sein.  Ces événements nous permettent de les voir dans des accoutrements différents.  Ce qui renouvelle agréablement les façons de les mettre en valeur et en beauté !  Il se dégage de la force -très appropriée pour rendre hommage aux soldats américains- autant que du charme dans la pose adoptée par Kristen sur la jolie photo que j'ai choisie.

MEGHAN  B.
Parlant de fantaisies vestimentaires qui ajoutent de la beauté aux cheerleaders quand elles exécutent leurs chorégraphies durant les périodes festives, l'aguichante Brianna (3e photo ci-dessus) illustre bien ce que l'on veut signifier.  D'habitude, pour Noël, certains clubs de la NFL habillent leurs meneuses de claques avec des costumes un peu moins courts -et moins sexy- que leurs uniformes réguliers.  Les filles portent des tuques de Noël ainsi que des blouses et des jupes bordées d'hermine.  Puisque Brianna porte les couleurs des Buccaneers de Tampa Bay, on a jugé que la fourrure et des vêtements plus amples ne convenaient pas tellement bien, à elle et à ses compagnes, pour danser et se démener dans la chaleur torride de la Floride.  Néanmoins, pour mettre en évidence le thème de Noël, on a ajouté un peu de fourrure aux manches courtes du bustier rouge des filles des Bucs, en plus des motifs de flocons de neige qui ornent joliment l'encolure du haut de leur originale tenue des fêtes de fin d'année.  L'effet est très réussi, n'est-ce pas !

Mon quatrième choix s'est porté sur Meghan B. (photo ci-dessus), qui, en 2014, en sera à sa 6e saison avec le squad des cheerleaders des Rams de St-Louis.  D'ailleurs, à cause de son ancienneté, assez rare et remarquable dans le milieu des meneuses de claques de la NFL, ses jeunes coéquipières l'appellent affectueusement "grand-mère" !  C'est un fait que, devenir cheerleader dans les grandes ligues de sports, c'était pas seulement un rêve pour Meghan, lorsqu'elle était encore enfant.  C'était également un but et un choix de carrière depuis qu'elle avait assisté aux performances de quelques pom pom girls, lors d'un match de football auquel elle s'était rendue en compagnie de son père, alors qu'elle était adolescente.  Tout comme Kristen, Meghan a commencé à danser à trois ans.  Elle avait beau s'être préparée toute sa vie, elle n'a pas obtenu sa place chez les cheerleaders des Rams à son premier essai, en 2007.  Ce n'est que l'année suivante qu'elle a réussi à percer l'alignement du squad du club du Missouri.  Étant donné sa vaste expérience, les filles qui désirent faire l'équipe lui demandent souvent conseil.  Meghan aime les aider et les conseiller. 

Lorsqu'on l'interroge sur ses projets d'avenir, elle répond que tout ce qu'elle espère c'est de revenir pour une septième saison avec les Rams, l'an prochain !  Ça prend énormément de détermination, de persévérance, de discipline, de sacrifices et de force pour exceller aussi longtemps dans ce métier très exigeant au point de vue de la forme et du conditionnement physique.  Certains clubs de la NFL sont très sévères et pénalisent leurs cheerleaders si elles ont trop engraissé à leur goût.  Ce qui n'a jamais été le cas pour la très "professionnelle" Meghan, encore plus séduisante dans son haut d'uniforme en cuir -ou en imitation de cuir-, une variante très intéressante du costume habituel des meneuses de claques des Rams.  Chapeau Meghan !

JESSICA
Finalement, je veux rendre hommage aux cheerleaders des Raiders d'Oakland.  Deux de ces Raiderettes ont eu le courage et l'audace de poursuivre leur équipe en justice parce qu'elle les paie mal et leur impose de mauvaises conditions de travail.  Oui, croyez-moi, s'attaquer à la puissante et prestigieuse NFL, ça prend du culot !  Pour en savoir plus long, lire mon plus récent billet sur mon site FOOTBALL MANIA AVEC HACKSAW (lien).  L'automne dernier, j'ai été sensible à cette histoire et au charme de Jessica (photo ci-dessus), fière représentante du squad de pom pom girls des Raiders.  L'ambition de cette ravissante brunette, qui travaille également comme conseillère dans un centre de santé, c'est de fonder une famille et de voir un jour sa fille se distinguer comme elle dans un uniforme de cheerleader professionnelle.  En espérant que cette héritière de talent sera mieux traitée que sa maman si elle a la chance de réaliser son rêve ! 

Voici un résumé en images et en musique (Show me, de Kid Ink) de la plus récente saison des cheerleaders de la NFL.  De véritables reines du stade, à condition qu'elle ne deviennent pas de la vulgaire marchandise pour amateurs de sports libidineux ! Enjoy !



video